LES CHIFFRES DU CHOMAGE D’AVRIL 2018-

Communiqué confédéral  :

Enfumage avec la précarité comme seul horizon pour le gouvernement

Le gouvernement se gargarisera certainement des chiffres du chômage annoncés hier, en omettant le phénomène majeur qui se confirme : la précarité continue d’augmenter.

Les catégories B (personnes ayant travaillé moins de 78 heures par mois) et C (personnes ayant travaillé plus de 78 heures par mois) sont encore en augmentation de 31 000 personnes, soit 2 231 600 salariés qui n’ont travaillé qu’une partie du mois.

Cette augmentation est de :
- 1.4% sur un mois,
- 3.4% sur trois mois,
- 7.5 % sur un an.

Si chez les moins de 25 ans, la baisse se confirme pour les catégories A, B, C et s’établit aujourd’hui à 705 700 jeunes au chômage dont 350 400 femmes, c’est surtout parce qu’ils sont les premiers concernés par la précarité, les stages à répétition, les CDD, etc.

De plus, le nombre de seniors au chômage en baisse légère de 0.5% sur un mois pour les catégories A, B, C reste à un niveau très élevé de 1 409 700 personnes sans emploi, dont 739 900 femmes.

La CGT dénonce des politiques qui se fondent sur la précarité (qu’on l’appelle « flexibilité » ou « agilité ») et un taux de chômage élevé qui compte ce mois-ci 6 216 500 demandeurs d’emploi inscrits sur les listes de Pôle Emploi. D’autres études rappellent par ailleurs que 16 % des personnes sans emploi ne sont pas inscrites sur les listes de Pôle Emploi.

La CGT revendique une politique d’investissements et d’embauches pour répondre aux besoins de toutes et tous.

Montreuil, le 29 mai 2018

CONSULTER LES CHIFFRES

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *